Noé

7.50/20

Très sombre, sur une terre dévastée comme pourrait l'être d'anciennes zones industrielles, polluées, des êtres frustes vivent et s’entre tuent. Noé reçoit des rêves et va retrouver son grand père (Mathusalem)pour les comprendre : il faut construire une arche.On retrouve le corbeau qui revient bredouille et la colombe qui revient avec une branche d'olivier. On a aussi la scène où Noé s'est enivré et à la toute fin (quasiment dans le générique) : l'arc-en-ciel.

Le cinéaste fait montre d’inventivité et d’un talent certain lorsqu’il s’agit de filmer ces grands espaces (images accélérées pour suggérer le passage du temps, jeux d’ombres et de lumière, etc.). Cette inventivité se retrouve dans la manière dont sont dépeints les anges déchus, êtres de pierre pourvus d’un cœur d’or, à la fois inquiétants et majestueux. Certaines séquences rappelant de façon très nette l’univers de l’heroic fantasy.
Mais aucun personnage n'est vraiment attachant et les héros secondaires sont inconsistants : femme de Noé, Japhet...

Enfin je ne retrouvais pas vraiment mes souvenirs de catéchisme, alors, je suis allée voir dans la Bible et oui les anges déchus existent : les représenter en monstre pierreux pourquoi pas. Par contre rien sur la femme inféconde (au contraire les 3 fils sont accompagnés de leurs femmes).

Dernière remarque : pas de girafe dans l'arche !

2015-03-19

15.20

illustration

12.80

illustration

16.30

illustration

15.80

illustration

17.80

illustration

13.20

illustration

15.60

illustration

12.70

illustration

Nouveau commentaire