Le Majordome

14.80/20

J'ai beaucoup apprécié ce film. L'histoire bien sûr, même si comme le confirme l'Express, le script a pris quelques libertés avec l'histoire réelle dont elle s'est inspirée (pas de viol avéré de sa mère ou du meurtre de son père, mais une enfance d'esclave en plantation et l'effort constant de s'en sortir; pas de femme alcoolique et un seul fils "rangé", l'aîné ne sert qu'à montrer les autres aspects de la vie des noirs américains de cette époque).
Eugène Allen, dont le film s'est inspiré est né en 1919, et que l'esclavage aux Etat-Unis a été aboli en 1865, juste après la guerre de Sécession. La première scène du film ne reflète donc pas une situation d'esclavage au sens strict du terme mais la situation effective vécue par les noirs dans les plantations que ce soit en Virginie (réalité) ou en Géorgie (fiction).
Mais, pour paraphraser le John Ford de L'homme qui tua Liberty Valance: quand la légende est plus belle que la réalité, il faut imprimer la légende!

Quelques remarques sur l'affiche : sobre et classique, l'homme apparaît en contre-jour et n'est pas identifiable. A noter que la version américaine est plus ambiguë et surtout la phrase d’accroche n'a rien à voir :
en français : “Au service de sept présidents, il a traversé trente ans d’histoire”
en anglais : “One quiet voice can ignite a revolution” (“Une seule voix peut déclencher une révolution”)

En tout cas j'ai aimé le rythme assez lent et l'opposition (utilisée à plusieurs reprises) entre les activités du majordomes : finitions de l'argenterie ou des chaussures ou mise en place d'une table de gala. Et celles des activistes : résistants pacifiques sous l'impulsion de Martin Luther King, plus agressif avec les Black Panther, la plus grande violence étant, tout au long du film, le fait des blancs !


En savoir plus sur express
Et sur : critique de pub

2013-10-13

16.80

illustration

14.70

illustration

17.40

illustration

14.20

illustration

15.20

illustration

15.50

illustration

11.00

illustration

15.80

illustration

Xavier

le 11/04/2015, à 15:39

16.25

Un peu triste dans l'ensemble mais très bien réalisé. Et cela suit la véritable histoire !

Nouveau commentaire